Feras, un étudiant palestinien d’Hébron dans le Calvados

Comme souvent les étés, plusieurs jeunes palestinien-ne-s viennent effectuer un séjour dans le Calvados à l'initiative de l'AFPS.

Voici donc Feras, jeune homme de 25 ans, qui nous vient d’Hébron pour trois semaines en Normandie. Il est hébergé par Odile et Pierre dans le pré-bocage. Lire l'entretien.

 

La Flottille de la Liberté vogue vers Gaza

Quatre bateaux, partis de Suède le 15 mai 2018, composent la flottille de la liberté 2018. Deux bateaux, le Falestine (Palestine) et le Mairead, ont traversé les canaux et rivières européens tandis que deux autres, le Al Awda (le retour) le Hurriyya (Liberté), ont navigué le long des côtes atlantiques. Voir ici et le site de la Coalition de la flottille de la Liberté.

Voir l'interview de Sarah Katz : Flottille pour la liberté : "Tant que le blocus israélien existera, nous continuerons à naviguer vers Gaza" (L'Humanité, 17/07/2018).

 

La Flottille de la Liberté, avec la Falestine et la Mairead, a passé la Corse (voir ici) et même Palerme. 19 juillet : départ de Palerme.

15/07 : Voir la Lettre de Sarah Katz au Président de la République, à propos de la Flottille de la Liberté.

Pendant ce temps, des bateaux sont aussi partis de Gaza pour briser le blocus maritime, mais ils ont été arraisonnés par l'armée israélienne (La Croix, 10/07).

Flottille de la Liberté pour Gaza : Paris interdite à la solidarité nationale (communiqué de la Campagne de la Flottille de la Liberté pour Gaza, 18 juin 2018) :

Voir la vidéo de l’inter-diction d’accostage et l’interview de Claude Léostic. Lire le communiqué de l’AFPS et la lettre ouverte adressée au Président de la République.

Depuis 11 ans Israël inflige un blocus illégal et inhumain à la Bande de Gaza. S’y sont ajoutées 4 attaques militaires massives et la violence quotidienne de l’occupation, comme lors des Marches du Retour depuis le 30 mars 2018, violemment réprimées par l’armée d’occupation israélienne (plus de 130 morts et 13 000 blessés). Devant l’impunité dont jouit Israël, des militant.e.s de la solidarité veulent apporter aide et solidarité aux Palestiniens de Gaza, en tentant de briser le blocus par la mer.

La flottille était à Paris ce 17 juin 2018, en route vers la Méditerranée. Deux petits voiliers suédois remontaient la Seine quand ils ont été vigoureusement interceptés par la police fluviale. D’abord longuement retardés par un contrôle plus que pointilleux à l’écluse de Suresnes, ils ont pu repartir vers les quais de Seine encadrés par les cerbères de la Préfecture, plutôt contents d’eux. Harcelés pendant des heures par deux ou trois vedettes de la brigade fluviale, ils ont maintenu le cap vers les quais sous l’Institut du Monde Arabe où les attendaient M. Jack Lang son président, Mme Leila Chahid, Mme Christiane Hessel et des éluEs ainsi que l’ambassadeur de Palestine et quelque 300 citoyen.ne.s de Paris. Le rassemblement était dûment autorisé…

Quand les bateaux que nous accueillons et soutenons ont voulu s’arrêter au bord du quai -largement occupé par de nombreux bateaux de la fluviale- les vedettes et zodiacs les en ont vigoureusement empêchés, les collant à la coque et les poussant loin du quai puis les contraignant à s’éloigner vers l’amont, suivis tout le long du quai St Bernard par une douzaine de fourgons de police. Des rangées de policiers contenaient dans le même temps les manifestants pacifiquement rassemblés afin de leur interdire l’accès au quai.

Les organisateurs de cet accueil s’indignent de la politique scandaleuse de l’Etat français qui refuse dans sa capitale l’arrêt de deux embarcations pacifiques en mission de solidarité avec les deux millions de Palestiniens de Gaza, emprisonnés par un blocus implacable que condamne la communauté internationale dont la France. Refusant d’assumer cette contradiction et d’agir concrètement pour la levée effective du blocus de Gaza, affichant une grave irresponsabilité dans le traitement infligé à la flottille à Paris, la France a-elle choisi le camp de la force brute et du déni du droit ?

Lire aussi La flottille de la Liberté vogue vers Gaza (Plateforme Palestine, 03/06/2018).

Pétition : Nous demandons l'annulation de la saison France-Israel

Le 5 juin à Paris, l'inauguration de la saison culturelle France-Israel  a eu lieu dans un contexte où le droit international dans les territoires palestiniens n’a jamais été aussi bafoué. L’extension des colonies se poursuit et l’ambassade des Etats-Unis a été transférée à Jérusalem au moment où les forces d'occupation ont perpétré un massacre à Gaza.

Que la « saison France-Israël 2018 » se déroule dans ces conditions est en soi inopportun, tant il est évident que cet événement participe d’une stratégie visant à redorer le blason d’un État dont la nature annexionniste n’est plus un secret pour personne.

Signez la pétition « Nous demandons l’annulation de la saison France-Israël » (21/05/2018).Voir aussi la pétition des artistes « Contre la saison France-Israël » (Mediapart, 4/05/2018).

En plus, cette inauguration a eu lieu en présence de Benyamin Netanyahou, criminel de guerre. Voir le communiqué de l'AFPS.

15 juin : L'AURDIP demande à l'Académie des Sciences de se retirer de la saison croisée France-Israël.

Lire Quand la France organise la promotion d'Israel (Orient XXI, 05/06/2018).

Boycott économique : quelles entreprises boycotter ?

Le mouvement BDS, à l’appel des Palestiniens, est plus que jamais un levier majeur de soutien aux Palestiniens. Il est à la portée de chaque citoyen-ne.

Téléchargez le tract des entreprises à boycotter proposé par BDS-France.

2018 : Année de la Palestine

LE TEMPS DE LA PALESTINE

2018, année de la Palestine en France

Appel à l'attention des artistes, des associations, des citoyen-ne-s, défenseurs des droits humains, amoureux de la Liberté... (sur letempsdelapalestine.fr )

 

[extrait] Nous, artistes, travailleurs culturels, citoyens engagés, défenseurs des droits humains, associations, solidaires des campagnes B.D.S (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), amoureux de la liberté, disons : cela suffit, 2018 DOIT ÊTRE LE TEMPS DE LA PALESTINE, l’année de Jérusalem et de Gaza.

 

En 2018, nous entendons promouvoir l’année de la Palestine, de Gaza à Jérusalem. Dans cet esprit nous appelons à multiplier les manifestations et initiatives culturelles, partout en France, à mutualiser les moyens, et à mettre en commun un agenda et une plate-forme de diffusion pour donner le maximum de publicité à chacun des événements qui sera organisé, du plus petit au plus grand.

Le village de Khan al-Ahmar résiste à la logique de destruction

Le village de Khan al-Ahmar est devenu bien malgré lui un symbole, celui des destructions de villages et de transferts forcés de populations qui dure depuis plus de 70 ans en Palestine. Lire le communiqué de l'AFPS : Village de Khan al-Ahmar : 70 ans après, le transfert forcé des Palestiniens continue (06/07/2018).

  • Khan al-Ahmar avance la rentrée scolaire, dans l’espoir d’éviter sa destruction (AFP via Middle East Eye, 17/07/2018).

  • En Cisjordanie, la lutte pour la survie d'un village bédouin (Libération, 17/07/2018).
  • Médecins du Monde condamne les démolitions à Khan al-Ahmar et Abu Nuwar (11/07/2018).

  • Sursis pour un village palestinien menacé (AFP via AFPS, 09/07) : La Cour suprême israélienne a décidé de bloquer temporairement la démolition par les autorités d’un village bédouin palestinien de Cisjordanie occupée, où des bulldozers sont en place.

  • Soutien de diplomates à un village palestinien qu’Israël veut détruire (AFP via AFPS, 05/07)

  • Amnesty international : La destruction illégale d'un village bédouin palestinien et le transfert forcé de ses habitants constituent un crime de guerre (01/06/2018).
  • Vidéo : les forces israéliennes attaquent les habitants de Khan al-Ahmar et se préparent à détruire le village (AMP, 01/06/2018).

La Grande marche pour le retour : Massacre à Gaza

La "Grande marche du Retour" est liée à la Nakba mais aussi à la Journée de la Terre. Elle a été l'occasion de grands rassemblements  à Gaza, à partir du 30 mars 2018. Au 1er juin, l'armée israélienne a fait plus de 110 morts et 13000 blessés de tous âges. Voir la suite.

Revue de presse

  • Le racisme institutionnalisé en Israël : un crime contre les Palestinien-ne-s et un suicide pour les Juives et Juifs (UJFP, 21/07/2018).

  • « Israël se déclare effectivement comme un état d’apartheid » (BDS, 20/07/2018).

  • Israël : l’État d’apartheid inscrit dans la constitution (AFPS, 19/07/2018).

  • Interview de Leïla Shahid : A Gaza, c'est l'avenir des palestiniens que s'invente (Orient XXI, 17/07/2018).
  • Benyamin Netanyahou prépare un nouvel été meurtrier (L'Humanité, 16/07/2018).

  • En direct de Gaza-Cinquante raids israéliens sur Gaza- samedi 14 juillet 2018: La journée la plus difficile pour les Palestiniens de Gaza (AMP, 14/07/2018).

  • Aggravation du blocus de Gaza : Israël n’épargne même plus l’éducation (AFPS, 13/07/2018).

  • Le photographe Niraz Saied est mort dans une prison du régime syrien (AFP via Le Parisien, 13/07/2018).

  • Le Quai d'Orsay ferme l'Institut français de Naplouse en Cisjordanie (RFI, 13/07/2018).

  • Le sénat irlandais vote une loi interdisant les activités économiques en lien avec les colonies israéliennes  (Plateforme des ONG, 11/07/2018).

  • Dix personnalités s'offrent en otages pour faire libérer Salah Hamouri (Politis, 02/07/2018).

  • Plus de 70 artistes se mobilisent pour le droit de soutenir ouvertement la Palestine (HuffPostMaghreb, 27/06/2018).

  • Claude Léostic : "En Palestine, les femmes sont en première ligne, à tous les niveaux" (50/50 Magazine, 20/06/2018).
  • Les assassinats secrets d'Israel (AMP, 16/06/2018).
  • Les Palestiniens remercient l'Argentine et Lionel Messi  de ne pas jouer "amicalement" contre Israel (UJFP, 09/06/2018).
  • Israel, un Etat hors le droit (La Croix, 31/05/2018).
  • Entre Israel et l'UE, les différends n'empêchent pas le business (Mediapart, 26/05/2018).
  • La Palestine rejoint deux instances de l'ONU (AFP via L'Express, 24/05/2018).

Voir la suite de la revue de presse.

Libérez tous les prisonniers politiques

Ahed Tamimi, Salah Hamouri, Munther Amira et bien d'autres militants politiques palestiniens se trouvent dans les geôles israéliennes. Exigeons leur libération ! (Voir la page)

 

22/03 : Ahed Tamimi condamnée à 8 mois de prison pour une gifle à un soldat israélien (AFPS).

 

26/02 : La détention administrative de Salah Hamouri est renouvelée !

Rapport Human Rights Watch 2018

Human Rights Watch publie son Rapport mondial 2018, faisant état l’année passée de violations des droits de l’Homme dans + de 90 pays, dont sur le Territoire palestinien et en Israël.

Voir la partie du rapport portant sur Israël et la Palestine (en anglais).

  • Israël a arrêté 651 enfants palestiniens depuis le début de 2018 (AMP, 15/07/2018).