Actualités

En 2017 nous célébrerons plusieurs anniversaires concernant l’histoire de la Palestine.
Novembre 1917 : déclaration Balfour, du nom du ministre des affaires étrangères britannique qui se déclare en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif. La Grande-Bretagne, qui contrôle alors la Palestine,  a besoin d’un allié au milieu du monde arabe hostile à sa présence et permet au mouvement sioniste de remporter une victoire diplomatique. 
Novembre 1947 : vote de la résolution 181 de l’ONU qui acte le partage de la Palestine avec un état « juif » et un état « arabe ». 56% du territoire palestinien est concédé au peuple « juif » qui constitue moins du tiers de la population.  400 000 palestinien-ne-s seront expulsé-e-s, plus de 500 villages palestiniens seront détruits entre la résolution et la Nakhba (catastrophe en arabe)  le 14 mai 1948, date de la déclaration d’indépendance de l’état d’Israël. 
Juin 1967 : guerre des 6 jours lors de laquelle l’état d’Israël conquiert la presque totalité du territoire palestinien. C’est une victoire militaire et territoriale pour le gouvernement israélien qui se retrouve cependant face à un problème politique majeur : les palestinien-ne-s refusent de partir, fort-e-s de l’expérience de 1947. Israël démarre alors la colonisation des territoires conquis. C’est à l’issue de la guerre des 6 jours que le conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 242 qui réclame la fin immédiate de l’occupation militaire, le retrait israélien des « territoires occupés ».
Décembre 1987 : première intifada. Alors que la Palestine est occupée depuis de nombreuses années, que son économie est sous contrôle israélien, la guerre des pierres se caractérise par une campagne de désobéissance civile et par des manifestations contre la domination israélienne. Face aux palestinien-ne-s , le plus souvent des enfants, armées de pierre, le gouvernement israélien envoi l’armée, tuant des centaines de résistant-e-s. 
2007 : blocus de Gaza. Suite aux élections démocratiques et à la victoire du Hamas à Gaza, Israël bloque économiquement  la bande de Gaza. Seuls 80 produits sont autorisés à rentrer. Cet arrêt des importations a des conséquences sanitaires dramatiques que de nombreuses ONG dénoncent fermement. 
Que 2017 soit l’occasion de réaffirmer notre soutien au peuple palestinien dans son droit à l’auto-détermination, et notre engagement à faire respecter le droit international.

 Lundi 18 septembre 2017 à 20h

 

 

à l'Amphithéâtre Tocqueville Campus 1 de l’Université de Caen

 

Parking : rue du Magasin à poudre ; Tram, bus : arrêt Université

 

La Palestine, les crises du Proche-Orient et nous

 

par Alain Gresh*